mercredi 24 septembre 2014

Terminer un en-cours...


Je bave régulièrement en lisant certains blogs de quilteuses américaines, avec leur "Finish up Friday". C'est une sorte de défi qu'elles se lancent, pour terminer les quilts qu'elles commencent. Le vendredi, interdit de commencer quoi que ce soit, on peut uniquement terminer les en-cours.

J'ai fait un tri dans mes "en-cours" cet été. Je n'ai "plus qu'une" énorme caisse de trucs et bazars que je vais finir un jour. C'était un bon début! Il y a 2 semaines, tout d'un coup, j'ai eu envie de quilter. Une très grande envie. Presque une obsession. Quilter m'apaise, me zénifie. Quilter, c'est concrétiser le temps qui passe. Chaque point dans le tissu comme une unité de temps. J'avais un prof à l'unif qui disait que le tricot, c'était transformer le temps qui passe en matière. C'est un peu ce que je ressens en suivant les méandres du quilting sur le "sandwich".

Sans sandwich, pas de quilting... je suis allée pêcher dans la manne à "en-cours". Je savais qu'il y avait la "grille" de couleurs. J'avais oublié les "Moulins". Après plusieurs essais de composition, je me suis lancée pour l'assemblage. Je n'étais pas convaincue, mais je voulais quilter. Oui, comme un enfant de 5 ans, je v-o-u-l-a-i-s et puis m-a-i-n-t-e-n-a-n-t, d'abord! J'ai utilisé quasiment tout mon tissu gris, j'ai cru qu'il m'en manquerait quelques cm ici et là, mais pas du tout. J'ai alors eu cette impression que c'était le bon moment. Ce patchwork en grille avait attendu 2 ans que je l'utilise et puis paf, ce qui avait toujours été difficile se faisait presque tout seul.

J'ai commencé par quilter les cercles. J'aime bien quilter les cercles. Ca donne un petit air de seventies. Le problème, c'est qu'il faut un tissu pas trop mou, sinon ça fait des bulles à l'extérieur du cercle, à force d'être étiré, poussé par le pied de biche. Et vu que le gris, c'est un drap, c'était plutôt raté. Le drap, c'est mou, ça pardonne les mauvaises découpes et les coutures biscornues du patchwork, ce qui est plutôt cool, mais, revers de la médaille, ça se donne beaucoup au moment du quilting... Rien de bien grave, il y a d'autres dessins qui font moins de dégâts, comme ces jolis méandres (meandering en anglais). Quelques anicroches (puckers) à l'arrière (et une à l'avant) mais je n'ai pas recommencé. Tant pis, ça fera son charme (et puis je suis un peu feignasse quand je pense au découd-vite ;-) ). Les méandres, c'est pour moi le summum du méditatif. Ca marche mieux quand on va lentement (vitesse de couture divisée par 2 sur la machine) et les bras bougent dans un rythme régulier et répétitif. Ooooohm :-).

Le quilt fait 195*130 cm. Parfait pour regarder la tv complètement en-cocoonée :-). Et si j'en ai marre de le voir sur mon fauteuil, une certaine petite miss de 5 ans m'a déjà confirmé qu'il serait joli sur son lit... qui sait, j'aurai peut-être encore d'autres "zin" pour faire du mandala sur tissu! Bon, elle m'a aussi dit que si j'avais choisi différents roses au lieu de toutes ces couleurs, ça aurait été plus joli. M'enfin môman quand même.








3 commentaires:

Cécile a dit…

toujours aussi admirative... On ne peut pas avoir un peu de photos avec des gros plans siouplé??? ;-)

nanouch a dit…

c'est superbe!

Virginie Delwart a dit…

superbe Marthe! Tu m'épateras toujours avec ton talent. Tu es certaine de ne pas vouloir aller à l’émission de M6 cousu main???????????