jeudi 12 juillet 2007

Presque 6 mois d'allaitement

Nous y voici: Zoé mange sa première purée de légumes. Le choix s'est porté sur la courgette puisque nous sommes chez mes parents à la campagne, et que ce sont les légumes qui sont mûrs en cette saison. Mais parlons d'autre chose que de jardinage... mon but en commençant ce post, c'était de vous parler de ces 6 derniers mois où Zoé n'a été nourrie quasiment qu'au "bon lait maternel".

Je suis assez étonnée du nombre de personnes qui trouvent que c'est une performance. J'ai envie de dire que oui et non.

Par rapport à ceux qui trouvent que c'est une performance "surtout à notre époque", je dirais qu'ils se trompent. Nous avons à notre disposition tout ce qu'il faut pour conduire un allaitement bien long: le personnel formé et favorable à l'allaitement dans les hopitaux, bons livres de référence, rencontres allaitement ou encore numéros verts à appeler en cas de doute. Pour ma part, j'estime que ça fait beaucoup d'aide par rapport aux mamans qui ont allaité fin des années 1970, début 1980, années où le lait maternisé était considéré comme la meilleure alimentation du nouveau-né et où il fallait allaiter un peu envers et contre tous.

D'un autre côté, allaiter, n'est bien sûr pas facile tous les jours . Je devrais dire "n'est pas facile toutes les nuits", parce que les jours, ce n'est pas vraiment difficile! La nuit, c'est parfois bien plus fatiguant. C'est parfois bien agréable aussi, parce que c'est un moment unique de complicité, dans le calme.

Allaiter la nuit, ça veut dire que bien souvent, le bébé fait ses nuits mais pas forcément encore les nôtres. Le pédiatre dit que tant qu'un bébé de moins de 6 mois dort au moins 7 heures d'affilée, tout est normal. Si votre boutchou chéri s'endort donc vers 22 heures pour se réveiller affamé vers 5 heures du matin, il n'y a donc pas de quoi s'inquiéter. Cela n'empêche que c'est fatiguant et qu'il vaut mieux ne pas s'en plaindre, à moins d'être blindée aux conseils en tout genre pour "faire dormir" bébé. Ces conseils peuvent être résumés en un seul: laisser pleurer ou gaver avec un bon biberon plein de farine (pour celles qui croient que le lait maternisé ne donne jamais de coliques...). Chacun sa façon de faire. De mon côté, il n'est pas question que j'applique cette méthode, du moins, pas tant que ma pitchoune fait "ses" nuits comme un bébé de son âge. Elle finira bien par faire nos nuits et en attendant, nous serons fatigués et puis c'est tout.

Je me dois bien sûr d'ajouter que bon nombre de bébés allaités font leurs nuits et celles de leurs parents bien avant 6 mois!

Pour en revenir à l'idée de performance, je dirais que le plus difficile dans l'allaitement, c'est d'atteindre sa "vitesse de croisière". C'est au début, quand l'allaitement est parfois douloureux, que les hormones se jouent de nous, que la fatigue de la grossesse et de l'accouchement se font sentir qu'il est difficile d'allaiter. Comme d'habitude, ce sont dans les moments où nous nous posons des questions que les bonnes âmes viennent avec des histoires dramatiques de bébés qui ne savent pas téter et qui ont faim toute la journée, de crevasses qui se terminent en abcès abominables et d'histoire merveilleuses où les bébés nourris au biberon se portent à merveille. Gare donc à ne pas rencontrer les mauvaises personnes dans les mauvais moments!

Pour celles qui aiment les "trucs et astuces", voici ce qui m'a aidé à continuer à allaiter Zoé jusque maintenant (et à continuer par la suite ;-) ). Ces trucs ont marché pour moi, je ne prétend certainement pas qu'ils marchent pour toutes, mais c'est en entendant de plusieurs personnes qu'on peut faire son marché et trouver ceux qui marchent pour nous.
  • Aller aux rencontres allaitement. Cela m'a permis d'être suffisament sûre de moi pour me boucher les oreilles aux "bons conseils". Les autres mamans de ces rencontres ont été mes "soutiens" dans les moments difficiles.
  • Lire la bible de Marie Thirion sur l'allaitement. Même chose que pour les rencontres allaitement.
  • Eviter de voir les personnes dont je savais qu'elles allaient m'énerver avec leurs bêtes histoires de biberons et de laisser pleurer.
  • Au début, aller à l'ONE faire peser bébé pour être rassurée quant au fait qu'elle mangeait bien assez, d'un lait bien assez riche ;-). Au bout d'un certain moment, on voit bien quand son bébé va bien, plus besoin de le peser.
  • Utiliser une tétine 1 trou sur les biberons pour la crèche. Comme ça le bébé doit bien tirer pour pouvoir boire. Si le lait vient tout seul, il paraît qu'il y a plus de chances que le bébé finisse par préférer la tétine au sein.
  • Ne jamais donner, ou le moins souvent possible le biberon. Eviter même d'être dans la pièce pendant que papa le donne. Comme ça, on est sûr qu'il n'y a pas de confusion.
  • Avoir un vrai matelas là où on allaite la nuit. Cela permet de somnoler pendant la tétée et de mieux pouvoir se rendormir par la suite.
  • Avoir un frigo au travail, pour pouvoir garder facilement le lait que je tirais.
  • Avoir quelques réserves de lait dans mon congélateur pour ne pas stresser les jours où je n'arrivais pas à tirer assez de lait au travail.
  • Boire de la tisane galactogène au travail. Il n'y a rien à faire: travailler et se lever la nuit, ça fatigue et la fatigue diminue la production de lait. S'aider un peu avec une tisane appropriée, ça ne fait pas de mal!
Et surtout, le plus important: voir au jour le jour, et ne pas donner trop d'importance à cet allaitement qui n'est pas la chose la plus importante dans notre vie. Allaiter pour allaiter, c'est un peu de l'extrémisme. Ce n'est pas le lait du sein ou du biberon qui fait grandir, c'est l'amour qu'on y met!

3 commentaires:

Virginie a dit…

Marthe,

J'aime beaucoup ta dernière phrase: c'est l'amour qui fait grandir!
Sein ou biberon, c'est cet amour qu'on donne et qu'il nous donne en retour qui importe. C'est trop trop beau et bon...

Doudounours a dit…

je me sens concernée par ton témoignage car j'allaite depuis presque 20 mois mon fils qui se porte à merveille. nous sommes tous 2 comblés par cet allaitement. c'est du bonheur malgré quelques difficultés auxquelles il a fallu faire face. mais avec le regard de mon bébé au sein, j'étais certaine de mon - notre- choix. il veut le sein, je le lui donne. jusqu'à quand ? demandez le lui ! lol
je te souhaite de pouvoir poursuivre ton allaitement tant que ton bébé et toi le souhaiterez.

Marthe a dit…

Merci! Bonne suite d'allaitement à toi aussi!
Plus j'entends des histoires de mamans qui ont été mal conseillées et découragées à la maternité, plus je suis contente que mon allaitement se soit passé tel qu'il s'est passé. Dans mon cas, les rencontres allaitement ont été d'une grande aide, je me répète et je le ferai encore. Que toutes les mamans qui désirent allaiter trouvent ce qui les aident et nient les "bonnes âmes" qui ne connaissent rien à l'allaitement mais savent très bien comment décourager!